Je me souviendrai toujours de la première fois que je suis allée dans un hippodrome. Tout le monde hurlait sur les chevaux et leur jockey, ça parlait mises et grands prix. J'ai fais le tour de l'hippodrome et je suis allée dans le restaurant, en haut, avec une vue panoramique sur la piste. J'ai voulu prendre une photo pour montrer l'espace et au moment du déclenchement, une jeune femme, en plein milieu de mon cadre s'est levée et m'a fixée avant de partir. Son regard était neutre, on est resté quelques secondes à se regarder puis elle est partie. Je n'ai jamais oublié ce regard. Pour une fois, c'était elle qui a choisi d'être dans mon cadre et non moi qui l'ai décidé. Je me suis tout de suite identifiée à elle, sans trop savoir pourquoi. J'ai décidé alors de découvrir l'univers des hippodromes, de les documenter, et de, pourquoi pas, la revoir un jour.


Il n'y a pas de chevaux dans cette série, car ce qui compte pour moi, c'est la réaction, durant un laps de temps très court, des personnes qui me fascinent. Peu importe, même, ce qu'ils sont en train de voir. Ils le vivent. En plus de cette réaction, que je trouve toujours impressionnante, la délimitation de l'espace est importante. Il y a les espaces V.I.P, et les autres. Je souhaitais donc m'introduire dans ces espaces qui m'étaient interdits et comprendre pourquoi ils sont séparés de nous. Pourquoi une barrière sur un même gradin ? J'ai bien vu que c'était une tradition, que la question ne se pose même pas ou plus. Ils représentent la communauté. 


Leica M6

Au fil des courses, mon regard a évolué. Je me rapprochais de plus en plus des femmes, peut-être était-ce du a ce regard lors de ma première course qui me marque encore. Je voulais connaître leur place dans ce monde d'argent, où la place de l'homme est très imposante. On demande souvent à la femme d'être élégante, là encore, c'est une tradition presque obligatoire. Il existe un concours très médiatisé "de la femme la plus élégante" au Prix de Diane. Mais je voulais trouver autre chose. Je pense que je cherchais simplement cette femme du premier jour à laquelle je me suis identifiée et que je ne retrouve plus. Je l'ai perdu dans les méandres et la folie des hippodromes. 

Using Format